• Balbutiemots

    Comment naît l'écrit? De quelle hargne est-il issu? Quelle force mystérieuse le propulse du cerveau jusqu'au bout des doigts? Est-il un fleuve continu, un ruban tranquille nourri par un esprit fertile qui en contrôle le débit, ou un violent geyser qui surgit à l'improviste quand la pression se fait insoutenable et que seul un coup de scalpel bien appliqué permet à l'abcès de cicatriser enfin? L'image manque certes de charme, à comparer l'écrivain impulsif à un champ de ruines et à le réduire aux marques laissées par l'expression de son mal être ou d'une imagination débordante... Pourtant, il ne me vient à l'esprit que ces deux modes de production, le raisonnable et l'explosif.

    J'admire celui ou celle qui arrive à poser ses mots avec la régularité du métronome. Tous les jours, il ou elle s'astreint à noircir un bout de papier ou d'écran, il revient sur son travail, le peaufine, le rustine, l'embellit. Il étoffe son propos après coup, la trame étant déjà dessinée. L'exercice est intégré dans la routine de sa vie, lui enlever le ferait sans doute souffrir.

    Si je devais choisir une famille, je me rangerais aux côtés de ceux qui explosent de temps en temps, qui font leur petite irruption dans leur coin à l'ombre de volcans plus imposants, et qui sous aucun prétexte n'échangeraient leur place contre la leur. Paradoxal, mais assez réaliste. Le parasol sous l'autre parasol, le fin brouillard noyé sous une pluie battante. Position délicate mais assumée.

    Et vous, lecteurs de passage, comment écrivez-vous?

     

     

    Balbutiemots


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :